« mars 2004 | Accueil | mai 2004 »

04/30/2004

L'affaire Nightline

Les gens de l’émission nightline, sur ABC, ont eu l’idée de rendre hommage aux quelque 535 américains tués en Irak. Ted Koppel, le présentateur, doit lire ce soir -vendredi- le nom de chacun d’entre eux, et leurs photos défileront. L’émission sera retransmise sur l’écran géant de Time square, à New York. A priori, rien de très choquant.
Pourtant, l’affaire fait scandale. Nightline est accusé par les conservateurs de conduire une manoeuvre anti-guerre ou anti-bush. Le groupe Sinclair Broadcast, qui exploite 62 télévisions locales, a décidé de boycotter l’émission, dont elle dénonce les “arrière-pensées politiques” . Les huit télés locales de Sinclair qui retransmettent ABC ont donc reçu l’ordre de ne pas diffuser Nightline ce soir.
Le producteur de Nightline, Leroy Sievers, ne manque pas de caractère. Et il n’est pas faux de dire qu’il entend donner une image de la guerre plus juste que celle qui est offerte depuis plus d’un an par les médias: «Si nous montrons des images trop propres, nous prenons le risque de faciliter la prochaine entrée en guerre» , avait-il déclaré lors du débat qui avait entouré la mort de civils américains, dont les corps avaient été mutilés, brulés et pendus. Mais qui, dans l’histoire, est le plus politisé? Il apparaît, à la lecture des documents publics sur les financements de la campagne, que quatre des principaux responsables de Sinclair ont donné chacun à la campagne de Bush 2000 dollars, et qu’aucun n’a financé celle de Kerry...
P.R.

avril 30, 2004 | Permalink | Commentaires (9)

04/28/2004

"OK, finalement on prend Dean"

John Kerry se dégonfle comme une baudruche dans les sondages (Mais aussi pourquoi passe-t-il son temps à se justifier, au lieu de faire rêver les américains?). D'où cette question en vogue depuis une dizaine de jours: est-il encore temps, pour les Démocrates de choisir un autre candidat? Cela s'impose, répond The Village Voice, le vénérable -et néanmoins branché- hebdo de NY . Bon, entre nous, personne n'y croit vraiment. Et je ne suis pas certain que Howard "Yeaaaaaaah" Dean ferait tellement mieux. En revanche, pour Kerry, il devient urgent de désigner un colistier capable d'apporter de l'air frais à sa campagne. P.R.

avril 28, 2004 | Permalink | Commentaires (19)

04/27/2004

Le major C.

La dernière fois que je l’avais vue, il y a quatre ans, le major C. , fille d’un vétéran, était fière de servir dans l’US Army, où elle connaissait une promotion rapide. Je l'ai retrouvée par hasard lors d'une soirée ennuyeuse de Washington, et on a pris rendez-vous à déjeuner. On a commandé une salade, et après quelques minutes, elle m’a vraiment surpris en me disant: “J’ai un problème de conscience, je vais quitter l’armée”. Dégoutée par l’Irak, par la façon dont les décisions ont été prises. Elle veut maintenant s’installer dans un pays d’Amérique latine pour s’occuper de problèmes de développement. Elle votera Kerry.
Combien sont-ils, parmi les militaires, à vivre ce malaise?
P.R.

avril 27, 2004 | Permalink | Commentaires (23)

04/25/2004

Le lapsus de Condi

Est-ce la fatigue, le stress de la campagne? Lors d'un dîner privé avec quelques responsables du New York Times, à Washington, Condoleezza Rice, 49 ans, conseillère pour la sécurité nationale du président, aurait dit à un moment de la conversation: "As I was telling my husb ... " puis elle se serait reprise: "As I was telling President Bush... " (Lire ici). On ne voit pas bien par quel chemin les mots "mon mari" peuvent venir à l'esprit de Condi Rice. Elle ne les prononce jamais, puisqu'elle est depuis toujours célibataire. Amie proche du couple Bush, elle passe souvent ses week-end ou ses vacances avec eux.
Sans chercher un lien de cause à effet avec ce qui précède, un ami m'assurait par ailleurs hier soir que Laura Bush s'était remise à fumer en cachette. Cela ressemble fort à une des méchantes rumeurs dont Washington raffole: comme on peut le constater ici, le même bruit avait déjà couru en 2001.
P.R.

avril 25, 2004 | Permalink | Commentaires (13)

04/23/2004

Premiers cercueils visibles

Les premières photos de cercueils de militaires américains tués en Irak ont été publiées hier. Le Pentagone avait tout fait pour empêcher les médias de mettre la main dessus. Un site internet, www.thememoryhole.org, a réussi à s'en procurer 350 en faisant jouer le Freedom of Information Act.
C'est une tuile de plus pour Bush... Pourtant, malgré toutes celles qui lui sont déjà tombées sur le nez ces dernières semaines (parution de trois livres embarrassants, commission sur le 11/9, chaos en Irak, etc.) il grimpe dans les sondages face à Kerry. Il mène par 48% contre 43% selon un sondage Washington Post-ABC, 50% contre 44% selon USA-CNN-Gallup. Le candidat démocrate est redevenu mou-mou. Il a été bon pendant une semaine, juste avant les primaires d'Iowa, en janvier. Depuis, il semble attendre que Bush tombe de lui même.
P.R.

avril 23, 2004 | Permalink | Commentaires (21)

04/21/2004

Kerry a tué 20 fois

vn.jpg Est-ce bon ou mauvais pour son image? Le dossier militaire que Kerry vient de rendre public précise qu'il a tué, selon un décompte "non officiel", 20 ennemis au Vietnam (lire l'extrait ici ou télécharger le gros document en pdf ). Ses supérieurs de l'époque ont une bonne impression sur lui: il a "toutes les qualités désirées pour un officier dans un environnement de combat”.
C'est sous la pression que le candidat démocrate s’est résigné à publier, sur son site de campagne, ce dossier. Des médias conservateurs insinuaient en effet qu'il n'avait pas mérité ses trois “purple hearts”, reçus pour blessure pendant le Vietnam. A propos du premier "purple heart", un ancien supérieur de Kerry a parlé d'“égratignure”. L’équipe de Kerry n’a pas trouvé la partie du dossier militaire concernant cette première blessure, mais elle met à la disposition de la presse un document médical de l’époque, qui parle d'éclats retirés au dessus du coude.
L'équipe de campagne de Kerry a commenté l'affaire en raillant son adversaire républicain: "Nous serions heureux de comparer le dossier militaire de John Kerry avec celui de n'importe quelle personne de la campagne de Bush, qu'elle ait servi ou non".
P.R.

avril 21, 2004 | Permalink | Commentaires (6)

04/20/2004

Sa majesté Sarko à Washington

un petit scoop en primeur pour les lecteurs de ce blog. Comme tous ses prédécesseurs, le ministre (d’Etat) de l’économie et des finances Nicolas Sarkozy se rend à la fin de la semaine aux assemblées printanières du FMI et de la Banque Mondiale, et il doit participer à un G7 avec ses homologues des pays les plus riches. Mais j'apprends que Sarkozy a insisté pour prendre rendez vous, vendredi après midi, avec la Conseillère pour la Sécurité Nationale de George W.Bush, Condoleeza Rice et avec le secrétaire d’Etat, Colin Powell. Du jamais vu: les ministres des finances se bornent toujours à papoter avec leurs collègues “grands argentiers”.
Mais Nicolas Sarkozy n’est pas n’importe qui. D’ailleurs, il a surpris l’ambassade de France en annonçant qu’il arriverait dans un avion du GLAM et qu’il serait accompagné de pas moins de sept gardes du corps armés. C’est parce qu’il est un ancien “ministre de l’intérieur”, justifie-t-on de source officielle. Son prédécesseur immédiat, Francis Mer, lui, arrivait aux assemblées du FMI et de la Banque Mondiale par Air France, avec son paquet de cigarettes et un seul garde du corps. Mais Francis Mer n’avait pas les mêmes ambitions.
P.R.

avril 20, 2004 | Permalink | Commentaires (15)

L'amertume de Powell

Powell n'a quasiment aucune chance de devenir le co-listier de Bush, si d'aventure Cheney connaissait de nouveaux pépins cardiaques. A ceux qui en doutaient encore, la lecture du dernier livre de Bob Woodward est éclairante. Powell a été le dernier informé de la décision de Bush, prise en janvier 2003, de partir en guerre contre l'Irak, et le Président ne lui a pas même demandé son avis (il l'a simplement recu deux heure, sans la présence des faucons Rumsfeld et Cheney, en aout 2002).
Colin Powell semble avoir beaucoup parlé à Woodward (sa rancoeur contre les "durs" apparait entre les lignes). Ce qui, dit-on, a agacé au plus haut point la Maison Blanche. Le secrétaire d'Etat s'est défendu maladroitement: "nous avons tous parlé à Woodward. C'était la consigne de la Maison Blanche".
P.R.

PS: Allez sur Google, tapez "failure" (échec) et puis cliquez sur "I'm feeling lucky": surprise.

PS n°2: Essayez avec "gros balourd". Marrant aussi.

avril 20, 2004 | Permalink | Commentaires (14)

04/15/2004

De retour

Entendu pendant les vacances:

Un type de 70 ans, à Carrizozo:
“Ah, vous êtes journaliste français? Aux nouvelles, ils ont dit qu’il y en a un, de journaliste français, qui a été pris en otage, vous savez, dans ce pays, là, son nom m’échappe toujours... vous savez, là où il y a eu une guerre”.
-le Kosovo?
-Mmmm
-Dans les Balkans, au Moyen Orient, ou en Asie?
-Mmm, vous savez, là où il y a eu des hommes d’affaires tués...
-L’Irak?
-Oui, c’est ca, l’Irak.

Un couple souriant de 50 ans, Carrizozo toujours:
“Vous êtes français? On a deux choses à vous dire: Paris est une très belle ville et tous les Américains ne sont pas tous derrière Bush. Nous, on n’a pas voté pour lui”.

Une jeune femme qui tient le café jouxtant la mission Francisco de Asìs, à Rancho de Taos:

“La photo, là, c’est mon beau frère. Il travaille dans les transports, mais il est aussi dans les gardes nationaux [sorte de réservistes, ndlr], alors il a été appelé pour partir en Irak il y a quelques semaines. On pense qu’il est dans la zone difficile. On n’a pas encore de nouvelles de lui, c'est angoissant. Il est parti pour 12 ou 18 mois. Il a un grand garçon et une petite fille de huit ans. Pour elle, ce n’est pas facile”.


Un hispanique de 50 ans, Alfredo, ancien alcoolique, à Chimayo:
-Vous êtes français? Vous n’aimez pas trop Bush alors?
-Pas trop... et vous?
-Moi je m’en fous, Kerry, Bush... J’aime Jésus.

P.R.


PS: Merci à ceux qui ont, par leurs commentaires, animé le blog pendant mon absence. Et merci à Fabrice d'avoir animé le débat.

avril 15, 2004 | Permalink | Commentaires (4)

04/03/2004

Vacances

new.jpgJe pars en vacances pour dix jours (au Nouveau Mexique). Retour le 15.
Je continue de penser que Bush va gagner cette élection. Pour quatre raisons:
1) La croissance est repartie et l’emploi commence à redémarrer ( 308.000 emplois créés le mois dernier, trois fois plus que prévu)
2) Bush a engrangé 180 millions de dollars, un record historique: il peut pilonner l’amérique de spots.
3) La sécurité reste une grande préoccupation des américains. Le 2 novembre, le réflexe de peur jouera probablement (surtout si ce réflexe est favorisé par des déclarations alarmistes quelques jours avant le scrutin).
4) George-le-Texan ressemble vraiment plus à l’américain moyen que John-l’aristo du Massachusetts. Dans le match Budweiser-Margaux, Bud a toujours l'avantage électoral.
Qu’on se rassure, mon pronostic ne vaut rien. En décembre, j’était sûr et certain que Howard Dean allait gagner les primaires démocrates... C’est le charme de la politique, qu’elle soit américaine ou française: elle réserve toujours des surprises.

A bientôt.

avril 3, 2004 | Permalink | Commentaires (33)